A vous d'écrire la suite

La créature reprit une fois de plus ses esprits, ressentant des tiraillements dans ses bras et ses jambes. Ouvrant péniblement les yeux, elle se rendit compte qu'elle n'était plus dans la cage. Elle se trouvait à présent les bras et jambes liées à deux colonnes de marbres dans une grande pièce souterraine éclairée par de gigantesques braseros. Elle ne pouvait distinguer le plafond tellement celui-ci était haut, et elle pouvait entendre derrière elle le bruit de l'eau d'un petit ruisseau qui devait passer furtivement dans la grotte avant de poursuivre sa folle course vers les méandres de la terre. Le sol devant elle miroitait à la lumière des flammes, composé en grande partie d'un cristal qui lui était inconnu. Et devant elle, à une cinquantaine de mètres, se trouvait une gigantesque porte dont les gonds étaient deux fois plus grands qu'elle. 


Il faut vraiment que je m'échappe ! se dit la créature, recommençant à paniquer. Elle tenta de garder les idées claires et fit le compte des options qui se présentaient à elle... Très peu en somme. Au même moment, un vacarme assourdissant emplit la pièce tandis que la porte s'ouvrait petit à petit...


L'avenir appartient à ceux qui préservent la pureté de leurs rêves.
C'est alors qu'apparut entre les énormes portes une bête encore plus monstrueuse et horrible que pouvait l'être la créature dans toute sa splendeur. Mesurant près de 4 mètres de hauteur, une queue difforme s'allongeant à l'arrière du molosse qui se tenait sur quatre pattes plus grosses encore que des troncs d'arbres, la créature prit alors pleinement conscience du danger que cette bête monstrueuse imposait seulement de par sa présence maléfique. Car la créature le savait, cette bête n'était pas ordinaire...

La créature allait subir un test. Elle le comprit après avoir vu émerger derrière la bête les anges qui l'avaient emprisonné, tels des gardes du corps s'affairant à garder la soif de sang de la monstruosité sous contrôle, et suivi juste après par un homme, le même homme qu'elle avait entraperçut alors qu'elle sombrait à nouveau dans un sommeil sans rêve quelques instants auparavant. Alors que la créature pensait encore à comment elle s'y prendrait pour se défaire de ses chaînes, un nouvel ange, qui dégageait une aura lumineuse incroyable, fit son apparition dans la pièce, fermant derrière lui les énormes portes couvertes de gravures ornementales toutes plus magnifiques les unes que les autres. Cet ange au prestige certainement reconnu s’avança juste en face de la créature enchaînée, les autres se prosternant sur son passage et, d'un seul claquement de doigt, fit défaire les chaînes métalliques qui s'enroulèrent d'elles-mêmes et allèrent se poser un peu plus loin, sur une petite table en bois, comme par magie.

Faisant alors apparaître ses ailes d'une blancheur et d'une pureté inégalable à tout ce que la créature pourrait s'imaginer en ce nouveau monde, l'ange aux ailes majestueuses prit la parole, d'une voix empreinte de douceur et de bienveillance ;

...

uploaded_6914_1597068988_629.png

"Bienvenue à toi en ces terres ." 


La créature n'en croyait pas ses oreilles... On le mettait en cage, on liait son corps au marbre, et cet ange osait lui souhaiter la bienvenue?!

"Tu es ici afin que nous puissions constater si ta race est capable de peupler ce monde. Beaucoup d'autres êtres ont échoué avant toi, aussi je ne peux qu'espérer pour mon Seigneur que tu seras le bon candidat. L'épreuve qui t'attend est simple ; survis et vaincs. Si tu y parviens, non seulement tu seras libre, mais nous te donnerons également un nom ainsi que tout le nécessaire afin que tu puisses prospérer dans ce monde qui sera tien." 

Après ces quelques mots, l'ange immaculé s'envola pour se mettre en retrait tandis que les chaines qui maintenaient la créature liée subissaient le même sort que celles qui tenaient son formidable adversaire attaché. La créature comprit que peu importe ce que le futur lui réservait, elle n'avait présentement pas le choix, elle devait combattre pour son salut.

...


L'avenir appartient à ceux qui préservent la pureté de leurs rêves.
Avec tous ces étranges événements successifs, la créature n'avait pas encore remarqué qu'elle avait compris ce que l'ange lui avait dit. Tout ce qui lui importait à présent était la bête féroce qui dès l'instant où il fut libre, chargea dans sa direction. 


Et sa première réaction fut de fuir.. Or après quelques mètres, elle se prit de plein fouet un obstacle invisible. C'était une barrière magique. Elle n'eut ni le temps d'y réfléchir ni de s'en remettre, que la bête démoniaque était déjà sur elle. Celle-ci ouvrit sa gueule laissant échapper une haleine nauséabonde puis la referma sauvagement sur l'une des pattes arrières de la créature à terre. C'est alors qu'un cri encore plus puissant que celui de la dernière fois se fit entendre, ricochant sur les parois jusqu'au plafond il devint encore plus assourdissant. L'ange et les gardes étaient bien trop occupés à se boucher les oreilles qu'ils n'avaient pas remarquer ce qu'il se passait..

La créature blessée se déformait tandis qu'une aura enflammée l'entourait. Son poil se tint d'une couleur sombre.. Sa tête s'allongeait, des crocs lui poussait.. Elle qui était d'une grotesque allure, apparaissait maintenant tel un grand démon renard. 

Commença alors un combat équitable.. ou presque!  



#NoriQuotes

En effet, lorsque sa transformation se termina, une aura d'une puissance qui ferait frémir les dieux enveloppait la bête, écrasant de sa force les anges, et repoussant violemment son monstrueux ennemi. Celui-ci se releva, hésitant devant la force nouvelle dont disposait son adversaire.
Mais le démon renard, toujours plongé dans sa fureur, sans même réaliser qu'il venait de se passer quelque chose en lui, bondit vers la créature qui riposta instantanément. S'ensuivit un duel de titans qui aurait pu faire trembler les Enfers

Pendant ce temps, l'ange aux ailes immaculées qui reprenait ses esprits, mobilisant toute sa puissance divine pour résister à l'aura qui avait fait perdre connaissance à Filya et Orhpis, commença à réaliser l'ampleur de la gravité de ce qu'il se produisait devant ses yeux
 - C'est impossible... Pas ici... Pas maintenant..., pensa-t-il

C'est alors que l'homme à la cape écarlate s'approcha de l'ange, ignorant manifestement sans problème l'aura de la bête que l'ange avait tant de mal à contrer.
 -En voilà un bel animal, lui dit-il comme s'il parlait d'un cheval de trait

L'ange le regarda avec des yeux ahuris, se demandant comment l'homme pouvait rester aussi calme, alors que ce démon pourrait causer à lui seul la fin de toute chose en ce monde. Le général le regarda en souriant d'un air moqueur puis, appuya fortement sur l'épaule de l'ange qui, étant tellement en difficulté pour repousser l'aura de la bête, tomba à plat ventre sur le sol, subissant d'un coup toute sa puissance démonique.

 -Mais qu'est-ce que..., commença-t-il alors que sa vue se brouillait légèrement. Mais il n'eût que le temps de voir le général lever le pied au-dessus de lui avant qu'un violent impact sur sa nuque vienne en finir avec la vie de l'ange.

Le général se tourna ensuite vers les deux créatures, encore dans un duel qui tournait visiblement en faveur du démon renard...

-Depuis le temps que je me cherchais une monture digne de ce nom... murmura Elwing.


Le molosse reculait de plus en plus devant le démon renard, jusqu'à s'acculer de lui-même sur la barrière magique. La fuite n'était pas une option. Le démon sauta vers la créature apeurée et attrapa sa gorge titanesque entre ses crocs. Le combat était terminé. Le molosse jappa en se tordant de douleur, écrasant de sa queue au passage un Orphis inconscient et faisant voler Fylia qui tomba telle une plume dans un des braseros. 

 -Fantastique ! Il fait même le sale boulot sans que je ne le lui impose ! Je ne pouvais rêver mieux. s'exclama Elwing, attirant par la même occasion l'attention de la bête.

Le démon renard se retourna d'un bond, faisant face à Elwing de toute sa grandeur. On eût dit qu'un lion menaçait une fourmi tellement le rapport de taille était inégal.

-Viens ! dit Elwing, détruisant d'un geste la barrière qui les séparait et découvrant ses ailes de succube.

Une aura titanesque se dégageait à présent du général, rivalisant sans peine avec celle du démon...


L'avenir appartient à ceux qui préservent la pureté de leurs rêves.

La créature n'avait pas d'autre choix que de le suivre et elle en avait conscience. 

Elwing fit apparaitre un portail, rouge comme le sang et le franchi suivi de son nouveau compagnon. Une fois de l'autre côté de ce maelström écarlate, Elwing rangea ces ailes et ordonne à la créature de rester ici. Le démon redevenu homme repassa le portail, qui disparut après cette seconde utilisation.

De retour dans l'endroit où le combat eu lieux, Elwing vérifia que tous les corps étaient bien sans vie. Orphis, mais Filya, bien que blessé mortellement n'avais pas encore poussé son dernier souffle. Elwing n'eu pas trop de mal à l'aider. 

La vérification faite, il sorti de ces lieux, avec un désespoir simulé, annonçant la triste mort de trois anges et la disparition du démon.


J                                           N

O                                          U

U                                           I

R                                          T

À quelques centaines de kilomètres, bien loin du sanctuaire des anges...

 - Archers, feu à volonté ! Gladiateurs, en position ! Défendez cette porte jusqu'à la mort !

La horde qui se présentait devant les remparts de la citadelle ne laissait présager rien de bon...


Elwing réussit sans aucun mal à faire croire à la communauté que les trois anges étaient morts, assassinés par la créature qui s'était miraculeusement enfuie juste après le combat. L'un deux, un peu sceptique face au fait que leurs trois meilleurs guerriers avaient été tués, prit même Elwing par surprise ; ''Alors, comment se fait-il que tu sois encore en vie, toi qui est un simple mortel ?'' lui avait demandé un ancien, siégeant au conseil des huit.

Utilisant alors subtilement son propre pouvoir contre lui pour s'infliger une blessure qui annihilerait la réticence des anges (il pourrait se guérir lui-même plus tard), le Général leur montra une vilaine entaille qui le pourfendait de la cuisse gauche jusqu'à l'épaule droite, blessure qui lui valu de nombreux regards empreint de pitié aux yeux des anges. Après l'audience qui s'était manifestement déroulé sans encombre pour le perfide général, Elwing retourna dans ses appartements, content de s'en être si bien tiré, mais surtout très heureux de la tournure des évènements. Bientôt... C'est pour bientôt, je le sens... Encore un peu de patience. Il suffit simplement de...

Alors qu'il rentrait dans ses appartements, la joie d'Elwing se dissipa complètement... Il venait de réaliser qu'il avait largement sous-estimé la créature.

uploaded_6914_1597068988_629.png

En effet il n'y avait personne lorsque Elwing retourna dans ses appartements. Car un peu plus tôt certains évènement sont arrivés.

***

La créature ce trouvai dans une salle assez sobre pour un général, le mobilier était simple, une armoire remplie de livres, une table entourée de quatre chaises. Et rien pour orner les murs, pas de tableaux, ni même de tapisseries. Il y'avait quand même une fenêtre qui montrait un paysage assez calme, un grand lac, calme, entouré de champs fleuris.

La créature fit plusieurs fois le tour de la salle avec ses yeux, au bout du troisième tour quelque chose l'interpella. Un personnage qui venait d'apparaitre dans ce décors immobile. Ce personnage était assis sur le cadre de la fenêtre, regardant vers l'extérieur.

La créature fixa cet individu, ne savant pas quoi faire, perturber par ces nombreux changements. Elle n'eu besoin de réfléchir plus, quand ce personnage perché de sa fenêtre lui adressa quelque mot compréhensible pour la créature.

-"Bonjour..."

-"On dirait... qu'ils ... t-on... retrouvé"

Ce langage ne doit pas lui être familier, se dit la créature. Au même moment l'inconnu tomba de la fenêtre du côté extérieur. Sans vraiment réfléchir la créature sauta à l'extérieur pour pouvoir le rattraper. Elle fut très surprise de ne trouver personne. Mais elle était libre pour la première fois.

***


J                                           N

O                                          U

U                                           I

R                                          T

Le général Elwing avait pourtant enclenché une barrière de protection après son départ.. Mais comment a t-il réussi ?! Je dois le retrouver avant que quelqu'un ne remarque sa présence !

Il se précipita vers la porte quand un officier messager apparu devant lui. 

- Le père de Fylia-sama vous demande Général ! 

Je n'ai pas le temps pour ça.. Pensait-il à ce moment.

- Pourquoi ?

- Je ne suis qu'un messager, si vous voulez bien m'excuser.

Et le messager disparut aussi vite qu'il était apparu. 

Quelques minutes plus tard, le Général traversait le long couloir lumineux qui menait aux appartements du père de Fylia, le Gardien. Le Gardien était respecté car il avait sauvé des milliers de vie grâce à ses pouvoirs durant l'événement tragique d'il y a 20 ans. Il arriva devant une porte imposante gardée par deux anges aux ailes blanches. Il frappa, la porte s'ouvrit.. Que me veut-il ? Il sait que j'ai tué sa fille ? Il aurait trouver la créature ?

....



#NoriQuotes

Entrant dans la pièce sobrement meublée, Elwing dissimulait à grand peine ses inquiétudes derrière son habituel stoïcisme.La pièce n'avait pas changé depuis toutes ces années. Du haut de son grand âge, les yeux du Gardien était sensibles à la lumière de l'astre diurne. C'est pourquoi de lourdes draperies rouges ourlées de fils d'or recouvraient la moindre fenêtre du lieu, ne laissant comme éclairage à la pièce que quelques chandelles éparses. Pour tout mobilier, hormis les quelques chandeliers, se trouvait au centre de la pièce un fauteuil à l'apparence fort confortable où siégeait cet être illustre. 

Approchant du siège du Gardien, il mit un genou en terre , s'inclinant respectueusement devant celui qui mit à mal ses desseins il y a quelques années.

-Que puis-je pour votre bon plaisir? demanda-t-il ...

-Il semblerait qu'Alastor soit de retour, cher Eldwing. Je vais à nouveau avoir besoin de tes services sous peu. Mais avant cela, conte moi donc comment ma fille a fait de moi un vieillard attristé, je te prie.

-----------------

La créature se trouvait dans un immense champ de fleurs, sous un ciel bleu sans le moindre nuage. Elle ne distinguait aucune aspérité dans l'horizon, ni montagne ni colline, comme si ce lieu se trouvait dans une dimension totalement différente de là d'où elle venait. Une légère brise soufflait, portant vers elle les fragrances du printemps. Seule venait troubler dans cet océan de couleurs la silhouette de l'homme qui lui avait permis indirectement de s'échapper. La créature se mit en route afin de le rejoindre, comprenant qu'il était la porte de sortie de cet univers autant que les réponses dont elle commençait à avoir cruellement besoin.

...


L'avenir appartient à ceux qui préservent la pureté de leurs rêves.
La créature commençait réellement à douter. D'un côté, c'était impossible de se tromper : il y avait bel et bien une silhouette, à quelques centaines de mètres, qui semblait l'attendre, l'inciter à la rejoindre en ces paysages à la fois mornes et paisibles. D'un autre côté, la créature avait très longtemps marché. Comment n'aurait-elle pas pu rejoindre la silhouette qui semblait si près, après toutes ces heures ? Il y avait quelque chose d'anormal, et la créature le savait.

Pourtant, elle ne s'arrêterait pas. Elle voulait désespérément rejoindre la silhouette, semblant flotter au dessus des nombreuses fleurs, cheminant sur un fil invisible qui la conduirait vraisemblablement au bout du rouleau, quelque part où elle pourrait enfin comprendre, comprendre pourquoi elle était là, pourquoi elle marchait, sans aucun but précis, sans rien pour l'aider à comprendre ce qui devrait être compris.

Après une semaine d'errance, la créature arrêta de se poser des questions. Elle avait réalisé que se questionner ne servirait à rien ; les réponses arriveraient, tôt ou tard, ou simplement pas. Point final.

Après deux semaines d'errance, les questions revinrent dans la mémoire de la créature. À chaque fois, la silhouette qui semblait se rapprocher de jour en jour la rappelait à l'ordre, faisant resurgir des souvenirs qui s'estompaient beaucoup trop facilement...

Il aura fallu près de 3 semaines de marche intensive à la créature pour enfin trouver un semblant de réponse. Alors que la créature se trouvait dans un état hypnagogique, probablement causé par l'absence de changements dans un environnement qui restait toujours le même, la créature eut une vision.

Une femme, pieds nus, vêtue d'un kimono argenté, un turban de la même couleur parcourant sa chevelure dorée, marchait devant la créature, les fleurs se tassant sur son passage, accompagnée par les rayons du soleil qui n'avaient cessé depuis toutes ces semaines.

La femme se retourna.

Le cœur de la créature explosa instantanément dans un déferlement de sentiments improbables...

- Li... Lilianna ?

Aussitôt, la créature changea d'apparence pour reprendre la forme d'un magnifique jeune homme aux cheveux argentés...

...

uploaded_6914_1597068988_629.png

---------------------------------

D'un autre côté, Elwing finissait de rapporter les faits au vieil homme.

- Tout s'est passé très vite, je n'ai rien pu faire. 

- J'ai vécu longtemps et ma vie touche à sa fin. Fylia a été mon unique enfant, elle avait le potentiel de devenir encore plus puissante que moi. Comment aurait-elle pu mourir devant un tel adversaire?!

- Sans vouloir vous offensez, Fylia-sama s'était beaucoup attachée à la créature. J'imagine qu'elle ne pouvait se résoudre à la tuer.

- Ses blessures ne correspondent pas à ce que tu dis, Elwing. 

- Comment? C'est impossible! (Il le sait, il a toujours été vif d'esprit après tout.) 

- Un expert affirme le contraire. Elwing, je t'ai toujours considéré comme mon fils mais je considère le mensonge comme une trahison. 

- Et je vous remercie pour tout ce que vous avez fait pour moi. Mais n'est-ce pas drôle de dire cela alors que vous m'avez menti?

- Que veux-tu dire? 


Elwing se releva sans dire un mot, il se dirigea vers le lourd rideau à sa gauche et s'arrêta à quelques mètres de celui-ci. Serrant le poing il ouvrit la bouche laissant échapper des paroles légèrement tremblantes.

- Qui est mon père?

- Je ne sais pas, je te l'ai déjà dit.

- Vous mentez comme vous respirez! Si j'en crois vos mots, cela voudrait dire que vous m'avez trahi.. Quel est le châtiment pour une trahison?


....




#NoriQuotes

------------------------


Des souvenirs d'un autre temps revinrent en mémoire de ce jeune homme aux cheveux de la couleur des étoiles dans un ciel d'été.

Il était dans une cité antique, sous un soleil de plomb, et quittait la place du marché avec Lilianna à ses côtés.

Tout deux s'éloignaient du centre de la cité en passant par de petites ruelles où l'air était bien plus frais que sur la place bondée de monde dont ils venaient de s'échapper.

Le jeune homme portait à bout de bras un panier de provisions tandis que son autre main serrait celle de son aimée doucement mais fermement.

Il avait hâte de pouvoir rentrer chez eux car la faim le tiraillait, et puis il n'avait jamais apprécié la foule. Seule lui importait la présence de Lilianna.


Le couple arriva devant le sanctuaire dédié à Tsukiyomi dont Lilianna était la miko , passant un à un la série de torii qui les séparaient de l'entrée de leur foyer tandis que le jeune homme se remémorait leur rencontre pour la millième fois.

-

Depuis la mort de son père, Lilianna avait dû prendre les rênes du sanctuaire sans aide, déprimée d'avoir perdu sa seule famille. C'est là qu'un petit renard à la fourrure argentée l'avait approchée, l'air penaud, avant de poser sa tête sur les jambes de la prêtresse agenouillée, en larmes. Depuis ce jour, et plus particulièrement les nuit où les nuages laissaient la place à la voie lactée et son cortège d'étoiles, le petit renard qu'elle avant prénommé Gintsuki venait s'installer près d'elle et passait la nuit à contempler les astres silencieusement. 

Cependant, Lilianna eût une surprise de taille par un soir de pleine lune, quelques mois plus tard ; le petit renard qui était sur ses genoux se mit à luire d'abord faiblement, puis de plus en plus intensément avant de grandir et de changer de forme, prenant l'apparence du jeune homme qu'il était à présent. Gintsuki lui avait expliqué par après que les kitsune à l'âge adulte se métamorphosaient pour prendre la forme de leur choix. Et lui avait choisi une apparence humaine pour pouvoir enfin la prendre dans ses bras et rester à ses côtés quoi qu'il puisse arriver.

Depuis ce jour, ils ne se quittaient plus. La complicité avait peu à peu fait place à l'amour, et ils vivaient leur vie tranquillement, sans se soucier du lendemain.

-

-Gintsuki? Gintsuki ! 

Sortant de ses pensées, Gintsuki se retrouva façe à une Lilianna lui faisant la moue.

-Tu pourrais m'écouter quand je te parle, dit-elle un petit peu contrariée. Va t'installer dans la cour tandis que je prépare le dîner. Je n'en ai pas pour longtemps.

Gintsuki s'exécuta, alla s'installer dans la cour intérieure de leur bâtisse située un peu en retrait du sanctuaire principal, et s'assoupit.

Un vacarme assourdissant le réveilla en sursaut peu de temps après. Se relevant, il constata que la bâtisse était en feu. Le coupable se tenait devant lui. Il s'agissait d'un Itsumade, Un yokai ressemblant à un oiseau enflammé...



L'avenir appartient à ceux qui préservent la pureté de leurs rêves.
Tout ces souvenirs remontaient le fil de ses pensées à une vitesse ahurissante, lui qui croyait les avoir perdu à jamais. Mais... comment ai-je pu oublier tout cela ? À quand remonte la dernière journée avant mon hibernation ? Malgré les efforts de Gintsuki pour comprendre toutes ces questions qui le tracassaient, rien n'y faisait...

Se remémorant alors où il était, ayant momentanément perdu conscience de la réalité éphémère qui l'entourait depuis près de 3 semaines déjà, Gintsuki rouvrit les yeux qu'il avait fermé inconsciemment. Il n'était plus dans un champs de fleurs ! Plus de soleil, plus de rivière à sa gauche, plus rien de la beauté monotone à laquelle il s'était habituée sous la forme de la créature ! Et surtout... plus de Lilianna !!

Il se trouvait désormais dans une grotte semblable à celle où il s'était réveillé quelques semaines plus tôt. S'approchant du bout du tunnel, la seule lumière qui éclairait faiblement la grotte lugubre, une image de désolation s'imposa à ses yeux, reflétant les bribes d'un passé douloureux.

Oh, Lilianna... Si tu voyais cela... Ils sont revenus. Ou peut-être est-ce moi qui ai disparu...

Au moins 3000 gobelins se tenaient là, armées jusqu'aux dents, à seulement 200 mètres plus bas de sa grotte qui se trouvait en hauteur, positionnée sur le côté d'une énorme montagne de roche qui lorgnait une citadelle humaine, faible poinçon lumineux comparé aux nombreuses torches, catapultes et machines de guerres qui habitaient les rangs des gobelins.

Il savait ce qu'il devait faire. Il allait retrouver Lilianna, quel qu'en soit le prix à payer. Et il commencerait par déverser sa fureur de l'avoir perdu à nouveau.

Se transformant alors en un gigantesque démon renard à la fourrure argentée, la créature fit un bond spectaculaire dans les airs, atterrit au milieu de cette monstrueuse armée, déchaina toute la rage destructrice qui lui rongeait le cœur à ce moment...

...

uploaded_6914_1597068988_629.png