anime

Kobayashi-san Chi no Maidragon

Kobayashi-san Chi no Maidragon
Mettre en favoris Ajouter à ma liste

Information

Titre romaji Kobayashi-san Chi no Maidragon
Titre anglais Miss Kobayashi's Dragon Maid
Titre original 小林さんちのメイドラゴン
Format Série TV
Episodes 13
Durée par épisode 24 mins
Status Terminé
Saison Hiver 2017
Première diffusion du 12 janvier 2017 au 6 avril 2017
Genres Comédie, Romance, Fantastique, Tranche de vie
Studios Kyoto Animation
Source Manga
Autres titres Kobayashi-san Chi no Maid Dragon, The maid dragon of Kobayashi-san

7.9 / 10 Note
(Moyenne)
100% des personnes
ont aimé
cet anime
Classement
#181

Synopsis

Tandis que Kobayashi se met en route pour une autre journée de travail, elle ouvre la porte de son appartement et se fait surprendre par un spectacle inhabituellement effrayant : la tête d'un dragon qui la fixe de l'autre côté du balcon. Le dragon se transforme immédiatement en une jeune fille mignonne, busty et énergique, vêtue d'une tenue de femme de chambre, se présentant comme Tooru.
Il s'avère que la programmeuse stoïque avait croisé le dragon la nuit précédente lors d'une excursion ivre dans les montagnes, et comme la bête mythique n'avait nulle part où aller, elle avait offert à la créature un endroit pour rester chez elle. Ainsi, Tooru était arrivée pour encaisser l'offre, prête à rembourser la gentillesse de son sauveur en travaillant comme sa servante personnelle. Bien qu'elle regrette profondément ses paroles et hésite à tenir sa promesse, un mélange de culpabilité et les incroyables capacités de dragon de Tooru convainc Kobayashi d'accueillir la fille.
Bien qu'elle soit extrêmement efficace dans son travail, les méthodes peu orthodoxes d'entretien ménager de la femme de ménage finissent souvent par horrifier Kobayashi et apportent parfois plus de problèmes que d'aide. De plus, les circonstances de l'arrivée du dragon sur Terre semblent beaucoup plus compliquées qu'à première vue, car Tooru porte des émotions lourdes et des souvenirs douloureux. Pour couronner le tout, la présence de Tooru finit par attirer plusieurs autres êtres mythiques dans sa nouvelle demeure, faisant appel à une foule de personnalités excentriques. Bien que Kobayashi fasse de son mieux pour gérer la situation folle dans laquelle elle se trouve, rien ne l'a préparée à cette nouvelle vie avec une servante dragon.

Personnages

Kanna Kamui
Personnage principal
Tooru
Personnage principal
Kobayashi
Personnage principal
Quetzalcoatl
Personnage secondaire

Staff

Minami Takahashi
Chanteur
Yuuki Kuwahara
Chanteur
Maria Naganawa
Chanteur
Yuuki Takada
Chanteur

Critiques

Vous pouvez aussi écrire votre critique sur cet anime en vous inscrivant sur Anime Gate ou bien en vous connectant à votre compte.

-Sakura -Sakura
25 mai 2020 à 23:49
Episodes vues
13 sur 13
Note mise
7.5 / 10

Exactement 1 an plutôt, Myriad Phantom World s'affirmait comme l'une des séries un peu bof du studio Kyoto Animation et simplement là pour nous faire attendre la saison 2 de Hibike Euphonium sorti en Novembre et les 3 films de l'année 2016 du studio.

A l'annonce inattendue de Miss Kobayashi, on s'attendait à une nouvelle manière de patienter avant Violet Evergarden. Il faut ajouter à cela que l'annonce s'est fait tardivement et que l'auteur à l'origine de l'adaptation n'a pas fait beaucoup de bruit avec les 2 précédentes adaptations de ses œuvres (ce qui est en soit est pas mal pourtant).

Et voici enfin venir la série après une bande-annonce amusante mais qui n'en dit pas plus (celui-ci-dessus); quelques noms intéressants mais un planning à priori serré après la fin de Hibike Euphonium. Les 3 premiers épisodes dont je veux vous parler aujourd'hui (… avec un peu.. De retard ?) sont ainsi peu drôle, avec peu d'action, un rythme mou, sans personnages marquants et sans être ce que le studio a fait de plus beau.

Et pourtant, Kobayashi-san chi no Maid Dragon est déjà un coup de cœur. Si je n'ai pas rigolé plus de 2 fois sur les 3 épisodes que j'ai vu, je ne compte pas le nombre de fois que j'ai esquissé un sourire en suivant le quotidien des 2 puis 3 personnages principaux. Le rythme y est lent mais les épisodes sont pourtant denses : il y a plusieurs histoires, sketchs qui se succèdent et s'ils cherchent rarement à faire rire, ils n'hésiteront pas à vous mettre le baume au cœur.

Le réalisateur, Yasuhiro TAKEMOTO (Amagi Brillant Park, Full Metal Panic Fumoffu, The Second Raid, Hyouka…) a organisé plus qu'un simple travail d'adaptation. Plusieurs fois, l'anime dépasse les planches du manga, en allongeant les dialogues ou ôtant le côté expéditif du manga, sinon en réorganisant notamment les premiers chapitres.

Aux habitudes du studio, le chara-design est légèrement adapté au style du studio par Miku KADOWAKI (Amagi Brillant Park, Kyoukai no Kanata). Les dragons sont particulièrement soignés mais les personnages ne sont pas en reste, avec notamment un jeu de couleurs sur les yeux de Thor, notre maid dragon n°1, particulièrement fascinant. De manière générale la série est loin d'être laide. On est bien loin du style éclatant de Hibike Euphonium mais les décors pastels et les quelques pépites d'animation qu'on retrouve de temps en temps donne envie de continuer rien que pour en découvrir d'autres : de véritables money shots en soi.

Par son sujet, Kobayashi est rentre clairement dans la vague des "monster musume", ces séries ou quelques personnes doivent côtoyer des filles à l'apparence monstrueuse (mais souvent mignonne) inspirée de la mythologie ou du cerveau déjanté des auteurs. On se passe cependant du fanservice de quelques unes des séries phares du genre au profit d'un style assez enfantin même si les blagues sur la poitrine sont récurrentes.

Les 3 premiers épisodes se dévorent sans soucis. J'ai lu à plusieurs reprises que certaines personnes étaient déçues par le manque d'humour mais si je dois reprendre les défauts que j'ai cité au tout début de la review je dirais ceci :

  • N'attendez pas de cette série qu'elle soit drôle, appréciez là comme un cocon confortable et une manière de représenter la vie de la manière la plus tendre possible (avec en bonus des dragons).
  •  La série n'est pas destinée à ceux qui veulent de la baston mais certaines scènes ont de quoi rendre jaloux certaines séries d'action.
  • Si le rythme est assez tranquille et détendu, les épisodes sont loin d'être creux. Ne confondez pas "il ne se passe rien dans cette épisode" avec "il n'y pas d'évènements dramatiques". La plupart des épisodes de Naruto sont creux (il faut attendre les fins d'épisodes pour avoir quelque chose de substantiel) ; Kobayashi est un cortège d'histoires courtes à consommer sans modération.
  • S'il n'y a peut être pas de waifu ou de personnage très marquant, ce qui est particulièrement attirant dans Kobayashi c'est sans aucun doute cette tendresse qui lie les personnages.
  • Enfin, faites attention aux mains, aux plans et aux décors. Il n'y a aucun doute à avoir, c'est beau. Le fait de les revoir tous ensemble est aussi assez satisfaisant, surtout après l'épisode précédent qui faisait rupture avec le reste de la série. L'ensemble des duos se retrouvent à partager un moment en commun, trouvant toujours quelques occasions d'afficher un peu plus leurs attirances mais, comme à son habitude, c'est le couple principal qui est mis en lumière dans une des dernières finales de l'épisode et sans doute la dernière occasion qu'on aura de les voir ensemble.

    Que ce soit l'épisode 14 et pas simplement un OAV fanservice est une bonne chose. C'est voir les fruits des difficultés qu'avaient traversé nos protagonistes auparavant, c'est retrouver l'ambiance chou de la série, faire un dernier au revoir mais c'est aussi l'occasion de boucler la boucle en ayant pratiquement traversé tous les évènements d'une année japonaise entre le nouvel an, les festivals d'été et la fête du sport. Bon je suis clairement triste parce que je ne me fais d'illusion, je ne pense pas que Kyoto Animation ressorte la série d'ici quelques années pour une saison 2. Si un autre OAV venait à voir le jour pourquoi pas mais en attendant j'ambitionne déjà un rematage dans les années à venir.